Catalogue d’ outil du tonnelier

Au cours de la préparation de mon livre « Eer het vat in duigen valt »,  s’est régulièrement posée la question de la dénomination des outils de travail de la tonnellerie et des manipulations du tonnelier.

En effet, en Belgique et aux Pays-Bas il n’existait guère de littérature concernant cet artisanat, et dans le cas où l’on voulait s’atteler à une publication sur  la tonnellerie, l’auteur en était réduit au termes dialectaux de son interlocuteur ou de sa source.

Les seuls travaux de référence néerlandophone étaient l’étude de J Van Bakel « Het Kuipersvak » (in « Taal en Tongval »)  et celle du professeur J. Van Keymeulen dans «  Het Ambacht van de Kuiper en de Hoepelmaker”( in Het Woordenboek van de Vlaamse Dialecten).

Cette carence dans l’uniformité de la terminologie en région néerlandophone est essentiellement due au manque de littérature et de formation dans ce domaine. Alors qu’en Allemagne et en France il existait une formation et des manuels scolaires, chez nous le métier passait de père en fils, et restait souvent à l’intérieur de la famille.

A cela s’ajoute que plus d’un outil de travail est né de la pratique et de l’inventivité du tonnelier lui-même. Chaque artisan cherchait en effet à rendre son travail plus léger, sa technique plus efficace ou plus sûre. Bon nombre d’instruments de la tonnellerie ont ainsi été « faits-maison » et n’ont connu qu’une acceptation et une dénomination  très locales.

L’utilisation de certains instruments de travail allait logiquement aussi de pair avec le type de produit  et avec la destination du tonneau. Ainsi la manufacture  d’une caque à harengs pose bien moins de problèmes techniques qu’une barrique à vin, et implique par conséquent l’usage d’autres outils.  Il arrive donc couramment qu’un instrument de travail soit connu en France sans l’être en Flandre ou aux Pays-Bas.

Pour cette raison j’ai trouvé utile de faire, dans mon travail, l’inventaire de plus d’une  centaine d’ outils de la tonnellerie. Je  leur ai  donné une fiche technique, une dénomination spécifique en 4 langues, ainsi que leur liste de littérature.

De cette manière le Catalogue pourrait constituer un guide pour les responsables de musées et pour tous les amateurs de l’outillage artisanal.